Jour 4 – Les dunes les vraies

DÉSOLÉE… Les photos ne passent pas.

Retrouvez-les sur notre compte Instagram « clara et irene »

L’épreuve des dunes est réellement une épreuve. Déjà, au tirage au sort pour l’ordre des départs, on s’est retrouvées en 63eme position sur 71 😩

< !–more–><<<<<<<<<<
ns un hôtel qui a organisé les couchages dans des tentes berbères à touche touche.

Tres Jolie’s, avec une grande promiscuité, une ampoule pour deux chambrées. Une queue fluide pour les douches, Idem pour les toilettes. Apres le super buffet, on est tombées. Raides. A 22 heures on dormait.

Lever 5 h<<<<<<<<<<
de départ à qq centaines de mètres de l'hôtel, il a fallu dégonfler les pneus de 2 à 1.2 bar à l'aide d'un bâton de bois et d'un manomètre pour vérifier où en est la pression. Si elle descend trop, il faut sortir le compresseur. Bad idea.

Direct apres le go, c'est parti pour un rodéo endiablé. On sortait les pelles 10 min plus tard pour désensabler le 4×4. Chouf la gazelle…

<<<<<<<<<<
ous suivait avec sa mobylette pour nous indiquer le meilleur itinéraire. J'étais en vitesse courte pour donner plus de puissance, roues face à la pente pour plonger et prendre de la vitesse et monter la suivante de face ! Irene cavalait pour donner le cap et s'assurer qu'il n'y avait pas de voiture plantée ou un trou derriere la dune. On a fait un "ventre" (voiture posée sur le châssis) on a évité la "casquette" (roulade avant)., mais…

Quand est ce que ça s’arrête ?<<<<<<<<<<
marches arrières sur une poignée de dunes, on a encore baissé la pression des pneus, écarté le berbère et tenté les 4 roues motrices en vitesse longue. Il faut dire qu'on n'est pas passes loin de la cata. Le devers.

Irene a été prise d'un fou rire nerveux . Retenue par la ceinture de sécurité, je n'en menais pas large. 2 ex gazelles, des canadiennes, nous ont coaché. J'ai plongé en braquant à droite dans la dune pour m'en sortir 😰

Il fallait trouver des check point (CP) au milieu de cet océan de dunes. Un délire de chaleur, de sable, de filles que tu aides à creuser, à remorquer parfois.

4 heures où tu navigues entre bonheur et lassitude. On a formé un super duo et on a assuré : au 5eme CP sur 6, on est remontees à la 25eme place. Le problème, c'est qu'on a jamais trouvé l'arrivée. Le drame. Pénalité de 60 km. Nous qui déplorions la veille de nous retrouver souvent en groupe de 4×4 à des points d'hésitation, la on était complètement seules à des km à la ronde.

Bien arrivées à l'hôtel, vautrées sur un lit normal, douchées, on est sonnées, heureuses, soulagées, fières et un peu déçues d'avoir planté la dernière "parcelle" de l'étape.

On est dégoûtées mais À FOND !